A voix haute

Ce que je pense et à voix haute !

rainbow

Archive for février, 2015

Frankenstein JR

Il n’y a pas genre plus casse-gueule que la parodie, surtout la parodie de film fantastique. Il n’y a, dans un véritable raz-de-marée de films de ce style, que trois vraies réussites : «Dr Jerry et Mr Love» de Jerry Lewis, «Le bal des vampires» de Roman Polanski et… «Frankenstein Jr».Frankenstein JR Si on connaît les classiques de l’âge d’or Universal («Frankenstein» de James Whale. «La fiancée de Frankenstein», «Le fils de Frankenstein», «Le fantôme de Frankenstein», «La maison de Frankenstein», «Frankenstein contre le loup garou», etc.), on se sent génialement cinéphile ! On repère les références-hommages et on admire la précision de la reconstitution. Mais, si on ne connaît ces régals de cinémathèques que par ouï-dire, le plaisir est toujours aussi grand. Car la force de Mel Brooks est que son comique se suffit à lui-même. Il aime gambader dans les plates-bandes des autres. Il aime piétiner et bousculer… mais avec tendresse. Il s’est offert le cinéma muet et le western, Hitchcock et «Les dix commandements», Esther Williams et «To be or not to be». Mais «Frankenstein Jr» restera son plus superbe jeu de références (la scène de l’aveugle)… et de retrouvailles originales (les chevaux qui hennissent quand on prononce le nom de Frau Bluscher !). Il faut dire que Brooks est servi par une poignée d’acteurs étonnants et même inhabituels. Bien sûr, Marty Feldman et son incroyable regard ou Gene Wilder qui compose ici un docteur Frankenstein tout en subtilité (à l’opposé de ses hystéries des «Producteurs»)… mais aussi des comédiens qu’on croyait sérieux (ou incolores) comme Peter Boyle qui campe un incroyable monstre ou Terry Garr qui assume avec une réjouissante santé son rôle d’assistante du docteur Frankenstein. Un petit chef-d’œuvre !

Une fille pour Gregory

Une fille pour GregoryLycéen dans une petite localité écossaise, Grégory est un adolescent comme les autres. Il n’est pas obsédé par le travail et mène une vie paisible entre le lycée et la maison, se traînant avec nonchalance. Ses seuls centres d’intérêt sont les filles et le football. Surtout les filles, parce que le football ne lui réussit pas : joueur exécrable, il fait perdre match sur match à son équipe. Trop timide, par ailleurs, pour aborder les lycéennes, il se contente d’en rêver et d’en plaisanter avec les copains. L’arrivée de Dorothy, une belle plante de seize ans, provoque chez lui le même effet que la petite strip-teaseuse chez le grand loup libidineux de Tex Avery : les yeux qui jaillissent comme propulsés par des ressorts, une langue qui se déroule jusqu’à terre, etc. Malgré les réticences de l’entraîneur, la belle s’inscrit dans l’équipe de foot. Grâce à elle, pour la première fois, celle-ci remporte une victoire. Complètement séduit par le charme sexy de cette coéquipière, Grégory s’enhardit et lui demande maladroitement un rendez-vous. Plus étonnant encore : elle accepte ! C’est le début d’une mémorable soirée où le jeune garçon ira de surprise en surprise… Sans aucune prétention, le film de Bill Forsyth (qui ressemble à ceux de Pascal Thomas) décrit avec humour les premiers émois, et le charme plaisant d’une certaine douceur provinciale…

Tranches de vie

Tranches de vieComme son titre l’indique, «Tranches de vie» découpe la vie en tranches, en tranches de rire avec les tronches adéquates : la troupe au complet des Jugnot, Clavier, Anémone, Luis Rego et les autres… Avec eux, une série de sketches plus ou moins inégaux sur la vie en rose, la vie d’artiste, la vie politique, la vie de chien, la vie amoureuse, bref tous les aspects de la vie. Basé sur les féroces bandes dessinées de Gérard Lauzier, «Tranches de vie» tente de rassembler, dans un énorme éclat de rire les plus grands acteurs comiques français actuels. C’est léger quelquefois, mais le temps passé à se remettre de certains gags ou bons mots suffit à faire oublier les autres gags parfois lourdauds; parfois d’une étonnante stupidité.