A voix haute

Ce que je pense et à voix haute !

rainbow

Rififià Cannes

cannesLe Festival du film policier s’est déroulé du 11 au 14 avril à Cognac sous la présidence de Sergio Leone. Le jury, qui comptait des personnalités aussi différentes que Georges Kiejman, Roger Hanin et… Sophie Marceau, a décerné le grand prix à «Une sale petite guerre», film argentin d’Hector Oliveira. Le prix spécial du jury a été attribué à «Série noire pour une nuit blanche» de John Landis, une bande dessinée pleine d’humour et de charme, bien dans la tradition des séries noires. «Un été pourri» de l’Australien Philip Borsos a obtenu, quant à lui, le prix TF1 et le prix du public. Même si les deux films français sélectionnés, «Adieu blaireau» de Bob Decout et «Transfuge» de Philippe Lefebvre, ont quelque peu déçu, l’hospitalité des négociants du cru et l’organisation de Promo 2000 ont, encore une fois, fait de ce festival une des manifestations cinématographiques les plus prisées de l’année.

Belmondo, le professionnel

Belmondo

Depuis plus de 25 ans, il est pour des millions de spectateurs dans le monde une des plus grandes stars européennes. Pourtant, s’il est aimé et adulé par une grande majorité, il est aussi mis au banc des accusés par une frange de personnes acceptant difficilement ses prises de position pour une certaine image du cinéma. Vous l’avez deviné, c’est de Jean-Paul Belmondo qu’il s’agit, un acteur dont le souci premier est de séduire le public. De «A pied, à cheval et en voiture» à «Joyeuses Pâques», Alexandre Grenier nous fait revivre la carrière et la vie de l’as des as dans un ouvrage fort bien documenté et illustré par plus de deux cents photos. «Jean-Paul Belmondo» par Alexandre Grenier est vendu 240 francs (Editions Henri Veyrier) dans toutes les bonnes librairies.

Leave a Reply