A voix haute

Ce que je pense et à voix haute !

rainbow

Appelez-moi Johnny 5

Voici la suite ou plus exactement l’exploitation commerciale de « Short circuit », le film à succès (sauf en France) de John Badham. La jolie Ally Sheedy a hélas, trois fois hélas !disparu de ce second épisode. Mais il reste Fisher Stevens, dans un rôle (de composition) de jeune Indou scientifique un peu lunatique, et le robot trop humain nommé (non plus Number 5 mais…) Johnny 5!

Appelez-moi Johnny 5 Dans le précédent épisode, cet engin militaire top secret, doté de tous les gadgets les plus sophistiqués et de tous les circuits les mieux intégrés, a été déréglé par un coup de foudre, un véritable éclair malencontreusement tombé du ciel, qui lui a modifié ses programmes et lui a donné des émotions très humaines. Après avoir réussi à échapper à toutes les forces armées des Etats-Unis lancées à sa poursuite, grâce à une jeune écologiste dont il était tombé fou amoureux, Johnny 5 part maintenant à la conquête de Manhattan. Naïf et avide de nouvelles informations, il rencontre des businessmen ambitieux, des braqueurs de coffres, des banquiers corrompus, des flics qui tirent sur tout ce qui bouge, etc. Johnny 5 a l’art de se mettre dans les situations les plus périlleuses et les plus folles. Il est sûrement le seul robot de la planète à jouer les hippies et à se faire embarquer au poste de police avec les menottes. Les cascades et les effets spéciaux se multiplient. Le film est un vrai divertissement, mais on y cherche vainement ce qui faisait l’originalité et le charme de « Short circuit ».

Leave a Reply